Menu
AccueilÀ propos
Bien-être

Stress et anxiété, quelles différences ?

Céline de la compta’ vous confie ressentir beaucoup de stress à l’approche du bilan de fin d’année.🧾
Entre deux exercices de yoga, Aurélien vous parle de ses maux de ventre et de sa fatigue lorsqu’il est anxieux.🧘
Et votre nièce, Laura, vous fait part de « son stress quotidien pendant ses exams », lors du repas dominical.👩🎓

Dans la sphère privée ou professionnelle, visiblement, personne n’échappe au stress, impactant le bien-être et ses trois dimensions. On parle même de « maladie du monde moderne » ou encore « maladie du siècle ».

Mais alors, êtes-vous stressé ou anxieux ?
Comment se manifestent ces troubles ?
Peut-on développer une anxiété excessive ?

Comprenons ensemble ces maux du quotidien.

Les différences entre le stress et l’anxiété

Alors, stress ou anxiété ? Quelle est la différence ?

Le stress

On peut définir le stress comme un ensemble de réactions provoquées par une exigence ou une situation à un instant précis. Il résulte d’un déséquilibre entre les exigences demandées et la capacité de l’individu à les réaliser. Chacun perçoit ces situations différemment.

Certains les perçoivent comme un challenge : le stress généré est positif et moteur.

D’autres voient ces situations comme une menace et peuvent se laisser submerger.

Finalement, le stress est propre à chaque individu. Il est dû à la perception personnelle de chacun.

Au travail par exemple, une personne peu sûre d’elle et qui se sous-estime peut se sentir stressée face à une demande de l’un de ses collaborateurs ou managers, pensant qu’elle ne peut pas y arriver.
Au quotidien, Céline adore son travail de comptable, elle maîtrise le sujet sur le bout des doigts et prend chaque nouvelle tâche à réaliser comme un challenge. En revanche, lorsqu’elle doit présenter son travail à l’oral à ses managers, elle est submergée par son stress et devient incapable de parler sans bégayer.


L’anxiété

C’est un phénomène physiologique naturel. Il se manifeste lorsque l’organisme souhaite répondre à un danger.
L’anxiété est souvent perçue comme désagréable. Elle apparaît lorsque l’on sent un problème à venir. Elle est due à l’anticipation d’un événement par notre cerveau.

L’anxiété se manifeste physiquement et psychologiquement. Ses symptômes sont souvent de courte durée, et disparaissent une fois que le danger perçu est passé. Si elle revient fréquemment, l’anxiété peut devenir pathologique et avoir des conséquences sur le quotidien : repli sur soi, refus d’aller à l’école, troubles musculosquelettiques, arrêts de travail, troubles digestifs importants par exemple.

La différence entre le stress et l’anxiété se caractérise principalement par la temporalité. Le stress se situe dans le présent, il est dû à une action qui suscite de la peur et génère le stress. Alors que l’anxiété est l’anticipation d’un événement qui peut s’avérer dangereux.

Par exemple, Laura est stressée pendant sa période d’examen (présent) alors que Céline est anxieuse à l’idée de devoir réaliser le bilan de fin d’année (anticipation).

Stress et anxiété ont tout de même un point commun : tous deux sont suscités par une émotion de peur en amont.

Comment se manifestent-ils ?

D’une personne à une autre, anxiété et stress ne se manifestent pas de la même façon.

Les manifestations physiques

  • Insomnies, fatigue
  • Maux de tête, vertige
  • Douleurs, tension musculaire
  • Augmentation du rythme cardiaque
  • Gorge nouée, sensation de boule dans la gorge
  • Mains moites, bouche sèche, sueurs, tremblements
  • Maux de ventre, troubles digestifs, syndrome du côlon irritable.


Vous l’aurez compris, ces signes de stress et d’anxiété vont impacter le bien-être physique de l’individu.

Les manifestations mentales

Ici, le bien-être mental va être affecté par le stress et l’anxiété. En effet, un individu en période de stress peut ressentir :


  • Difficultés à se concentrer, baisse des performances intellectuelles
  • Incapacité à se projeter, vision négative de l’avenir
  • Irritabilité, impulsivité, peur irrationnelle
  • Doutes, craintes
  • Etc.


Les manifestations sociales

  • Se sentir observé
  • Avoir peur de téléphoner
  • Difficultés à parler devant une audience
  • Ne pas fréquenter les foules, les magasins, les transports publics.

Afin d’éviter toutes situations pouvant entraîner du stress, les personnes qui souffrent d’anxiété vont se renfermer sur elles-mêmes. Elles fuient les endroits où il y a beaucoup de monde, elles refusent une invitation au restaurant par peur qu’il arrive quelque chose.
Cela a un effet néfaste sur le bien-être social des individus.

Quand les symptômes d’anxiété deviennent trop importants et durent dans le temps, il peut être nécessaire de consulter un professionnel de santé.


À partir de quand parle-t-on de troubles anxieux ?

Lorsqu’elle n’est pas excessive, l’anxiété nous est utile. En effet, elle permet d’accroître sa vigilance, de nous rendre plus efficaces sur certaines tâches ou encore d’affiner nos réflexes.

On parle de troubles anxieux lorsqu’une personne ressent une anxiété intense et durable sans lien avec un danger ou une menace réelle. L’anxiété perturbe son fonctionnement normal, ses activités quotidiennes et son bien-être dans sa globalité.

Il existe non pas UN trouble anxieux, mais six.

Afin d’aider les professionnels de la santé mentale à définir chaque trouble mental et psychiatrique, il existe une classification appelée le DSM-5. Elle définit chacune des affections et les différents symptômes associés permettant de poser un diagnostic précis.

Voyons les différents types de troubles anxieux.

L’anxiété généralisée

L’anxiété est dite généralisée lorsqu’elle dure pendant au moins 6 mois consécutifs et qu’elle concerne un ou plusieurs événements (le travail, les études, le sport de haut niveau, etc.). L’individu présente plusieurs symptômes et a des difficultés à contrôler ces préoccupations et inquiétudes.

Laura est anxieuse à l’approche de ses examens qui auront lieu à la fin de l’année. Elle ne sort plus. Elle passe la plus grande partie de son temps dans sa chambre à réviser. Si elle ne le fait pas, elle culpabilise et ne cesse de penser à ses examens. Elle est épuisée et très irritable.

Il est possible que Laura souffre d’anxiété généralisée.


Le trouble panique

Ce type de trouble anxieux se manifeste par crises et se caractérise par des attaques de panique régulières. Elles apparaissent lors d’un moment de peur, la sensation d’une catastrophe en approche et dure une trentaine de minutes. Lors de ces crises, plusieurs symptômes apparaissent en même temps : mains moites, palpitations, tremblements, vertiges, maux de ventre.

Elles arrivent le plus souvent de manière inattendue.


Les phobies spécifiques :

Dans ce cas de trouble anxieux, l’individu sait exactement à quoi est du son anxiété : un objet ou une situation spécifique. Les phobies les plus courantes sont, par exemple, les araignées, l’obscurité, le fait d’être dans un espace clos, etc.

La peur est excessive par rapport au danger réel, l’objet ou la situation en question sont évités, et cela depuis au moins 6 mois.

Céline travaille au 6ème étage. Tous les matins, elle prend l’escalier jusqu’à son bureau pour éviter de prendre l’ascenseur. En effet, elle a une phobie des espaces clos et l’ascenseur en est un.


L’agoraphobie :

C’est la peur d’être dans un lieu public dans lequel la personne ne pourrait pas s’échapper. Elle peut se manifester dans différents endroits comme les transports en commun, dans une file d’attente, dans un espace clos ou ouvert. Les individus atteints d’agoraphobie évitent ces situations ou ont besoin d’être accompagnés.

Cela revient à la peur de quitter un endroit rassurant et de ne pas trouver d’aide en cas de besoin.

Cette anxiété intense ressentie à l’approche d’une sortie peut avoir des conséquences néfastes sur le bien-être social, car l’individu va rester le plus possible à son domicile.


Le trouble d’anxiété sociale :

Lorsque l’individu est exposé au regard d’autrui, il ressent de la peur ou de l’anxiété. Cela se manifeste par la peur de manger ou parler en public, de rencontrer de nouvelles personnes, etc. Mais aussi par le fait de ressentir une grande angoisse, de rougir et d’avoir des tremblements lorsque la situation ne peut être évitée. Cela pourrait entraîner une humiliation ou le fait d’être embarrassé, conduisant à un rejet par les autres ou à les offenser.

Pour faire simple, c’est une peur intense d’être confronté du regard des autres.

Les individus souffrant d’anxiété sociale vont éviter les interactions sociales et compromettre leur bien-être.


Le trouble d’anxiété de séparation :

Ce trouble est dû à une peur ou une anxiété excessive de séparation entre l’individu et les personnes à qui il est attaché. Cela peut se manifester de différentes façons :

  • Cauchemars répétés avec des situations de séparation
  • Soucis excessifs et persistants qu’un malheur arrive (accident, kidnapping)
  • Plaintes physiques lorsque l’individu est séparé des personnes à qui il est attaché (maux de ventre, nausées, vomissements)
  • Etc.

On parle donc d’anxiété pathologique quand elle est présente pendant plusieurs mois consécutifs et affecte le bien-être de l’individu.


Que faire lorsque je ressens de l’anxiété ? 3 conseils

Maintenant que vous savez tout sur l’anxiété, voyons comment réagir face à ses manifestations.🙂

Conseil n° 1 : Concentrez-vous sur votre respiration

Ce conseil peut vous paraître basique, mais qu’est-ce qu’il est efficace. Se concentrer sur sa respiration permet de se calmer, d’atténuer les pensées anxieuses et stressantes qui envahissent l’esprit et aide à retrouver la maîtrise de vos émotions.

Vous ne savez pas comment vous y prendre ? Pas de panique, on vous explique tout !

Il existe plusieurs méthodes de respiration pour vous détendre. Ici, nous allons vous présenter la technique de Box breathing.

Pour commencer, asseyez-vous sur une chaise. Gardez votre dos bien droit et posez vos pieds à plat sur le sol, parallèlement l’un à l’autre. Détendez vos bras et vos épaules. Puis commencez à respirer lentement.

Le box breathing se découpe en quatre étapes :

  • Inspirez par le nez pendant 4 secondes
  • Retenez votre respiration pendant 4 secondes
  • Expirez par le nez pendant 4 secondes
  • Retenez votre souffle pendant 4 secondes

Répétez ce cycle une dizaine de fois.

Sur Moha-app, vous retrouvez d’autres techniques de respiration guidée avec nos experts bien-être.

Conseil n° 2 : Pratiquez le journaling 

Rappelez-vous, il y a quelques années… Vous adoriez écrire sur votre journal intime. 📖 Eh bien pourquoi ne pas recommencer ?

Chaque matin, mettez sur papiers vos émotions du jour, votre ressenti et les évènements à venir qui vous rendent anxieux.

Le journaling vous aidera à :

  • Gagner en confiance
  • Mieux gérer vos émotions
  • Libérer votre charge mentale
  • Extérioriser vos émotions négatives
  • Mieux appréhender une situation anxieuse.

Pour pratiquer le journaling, choisissez votre support (papier ou numérique), dédiez un créneau à cette pratique et écrivez tout ce qui vous passe par la tête, sans réfléchir. Ne vous jugez pas et ne vous mettez pas de pression. Ce moment est pour vous.💌


Conseil n° 3 : Pratiquez la méditation guidée

La méditation a de nombreuses vertus et son efficacité n’est plus à prouver. Elle peut notamment vous aider à identifier vos émotions et vous permettre de repérer vos phases d’anxiété et de stress.

La méditation permet de mettre en phase le corps et l’esprit. Cette technique a pour but d’apaiser le mental, faire une pause. Elle peut être utilisée pour tout type de situation et de partout : transport en commun, avant une réunion ou un examen, etc.

Elle peut durer seulement une à deux minutes : il suffit de se concentrer sur un objet, de fixer son attention sur quelque chose.
Par exemple un son, un objet, une partie de son corps ou encore sa respiration.

Vous pouvez la pratiquer :

  • Le matin avant de commencer la journée, pour faire le bilan de votre état
  • À midi, après votre repas avant de repartir tête baissée dans votre To-do list
  • Lors d’un moment de stress ou d’anxiété, prendre le temps de vous reconnecter à vous-même

Après votre méditation, vous vous sentirez plus attentif, apaisé, moins anxieux.

Découvrez des exercices de méditation guidée pour vous aider à identifier vos émotions sur Moha-app ! 🧘♀️

Si l’anxiété devient trop importante et qu’elle occupe la majorité de vos pensées, il peut être nécessaire d’avoir recours à une prise en charge médicale. Les professionnels de santé mentale sont là pour vous accompagner.

Vous pouvez aussi, pratiquer une activité physique, surveiller les aliments présents dans votre assiette ou encore utiliser des huiles essentielles. Vous ne savez pas par où commencer ?

Retrouver tout un tas de bonnes pratiques sur Moha-app ! Téléchargez-la sur l’App Store ou le Play store et bénéficiez de 15 jours gratuits.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse varius enim in eros elementum tristique. Duis cursus, mi quis viverra ornare, eros dolor interdum nulla, ut commodo diam libero vitae erat. Aenean faucibus nibh et justo cursus id rutrum lorem imperdiet. Nunc ut sem vitae risus tristique posuere.

Quentin Ryckewaert
Quentin Ryckewaert

Quentin est l'un des deux co-fondateurs de Moha. C'est le référent des projets innovants en matière de prévention santé.

En savoir plus sur l'auteur