Menu
AccueilÀ propos
Bien-être

La sédentarité : le mal du siècle aux multiples conséquences

La sédentarité : le mal du siècle aux multiples conséquences

Peu d’entre nous se considère comme sédentaire :
Marie travaille comme secrétaire, mais pratique 3 sports différents pendant la semaine.
Sébastien est expert-comptable et va marcher tous les soirs après le travail.
Jeanne télétravaille et pratique le yoga 2 fois par semaine.

Aucun d’entre eux ne s’estime sédentaire.

En revanche, Paul, charpentier, ne pratique aucune activité physique en dehors de son travail et il s’estime sédentaire.

Eh bien non ! Il est le seul à ne pas l’être.

Sédentarité ne rime pas avec activité physique.
Cet amalgame, très courant, empêche de traiter la cause réelle du problème. En effet, la sédentarité a un réel impact sur la santé et le bien-être des individus.

Reprenons dans cet article la définition de la sédentarité et son impact sur notre santé.

La sédentarité, c’est quoi ?

Concrètement, la sédentarité regroupe l’ensemble des activités qui sont à très faible énergie (telles que s’asseoir, s’allonger, regarder la télévision, utiliser l’ordinateur, lire et dormir).
Dans les études, pour estimer la sédentarité, on utilise le temps passé assis devant un écran (TV, ordinateur, jeux vidéo), même s’il ne représente qu’une part du temps réel de sédentarité.

La sédentarité se retrouve donc dans une multitude de situations : au travail, à l’école, à la maison, dans les transports en commun ou encore pendant notre temps libre.

Depuis les années 1960, les emplois sont de moins en moins actifs et l’arrivée des nouvelles technologies n’a fait qu’accroître la sédentarité chez les individus.

En dehors du temps de travail, une étude a montré que les adultes passent entre 3 h 20 et 4 h 40 quotidiennement, assis devant un écran.
Pour un enfant, il passerait en moyenne 2 h quotidiens assis devant un écran, hors temps scolaire.

On pense souvent que la sédentarité, c’est ne pas faire « de sport ». Mais ce n’est pas seulement ça. Ce sont les heures que l’on passe assis ou couchées chaque jour en dehors de la période de sommeil.
Le fait de ne pas faire de sport est lié à l’inactivité physique, c’est-à-dire le fait de ne pas faire suffisamment d’activité physique donc de ne pas assez se dépenser.
Par opposition, l’activité physique est définie par « tout mouvement produit par la contraction des muscles entraînant une augmentation de la dépense énergétique au-dessus de la dépense de repos. ».

La sédentarité peut entraîner une multitude de conséquences sur la santé.

Conséquences sédentarité : mal de dos

5 conséquences principales engendrées par la sédentarité

La sédentarité a de nombreuses conséquences sur notre santé. En effet, ses effets sont responsables de 4 millions de décès dans le monde. C’est plus que le tabac.🚬

Voyons 5 conséquences de la sédentarité.

Augmentation du risque d’apparition de pathologie chronique

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la sédentarité couplée à un manque d’activité physique est en cause dans 5 % de la charge des cardiopathies coronariennes, 7 % du diabète de type 2, 9 % du cancer du sein et de 10 % de cancer du côlon.

Ce qui explique ces chiffres, c’est l’augmentation des niveaux de stress oxydatif et de l’inflammation provoquée par la sédentarité.

L’obésité et le surpoids sont facilement mesurables grâce à l’IMC :

  • S’il est compris entre 25 et 29,9, on parle de surpoids
  • S’il dépasse 30, on parle d’obésité. 
  • Au-delà de 40, il s’agit d’obésité morbide

Le surpoids se caractérise par un excédent de masse graisseuse dans le corps. Il est causé par un régime alimentaire trop riche, un manque d’activité physique et la sédentarité.
La conséquence principale du surpoids, et notamment de l’obésité, est la réduction de l’espérance de vie.

En France, en 2015, l’obésité́ concernait 17 % des adultes et 4 % des enfants. Ces chiffres sont stables depuis une dizaine d’années.

Aussi, la sédentarité fait partie des facteurs de risque cardiovasculaires et favorise l’hypertension artérielle.
Cette maladie dite silencieuse, car elle n’a pas de symptôme apparent, est le premier facteur de risque des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

À noter que la sédentarité augmente le risque d’apparition d’un cancer et peut augmenter de plus de 90 % le risque de mortalité dû à une pathologie cardiovasculaire.

Troubles de la circulation sanguine

Lorsque l’on parle de troubles de la circulation sanguine, il s’agit principalement d’une mauvaise circulation sanguine, c’est-à-dire une insuffisance veineuse.
Elle est due à un retour veineux de mauvaise qualité.

Cela touche le plus souvent les membres inférieurs et se manifeste par :

  • Des fourmillements
  • La sensation de jambes lourdes
  • Des crampes musculaires nocturnes
  • Une apparition de petites varicosités ou de varices sur les jambes
  • Des œdèmes (gonflements au niveau des mollets, des chevilles ou des pieds)
  • De l’eczéma au niveau des varices (entraînant des démangeaisons voire des infections).

Ces troubles de la circulation sanguine sont provoqués par différentes causes : les vols en avion, la pratique de certains métiers qui nécessitent de rester debout toute la journée comme les coiffeurs, les infirmiers ou encore les serveurs ou encore… La sédentarité.
Cela est dû au fait que les veines ne subissent plus de pressions venant des muscles des mollets, la quantité de sang qui remonte vers le haut est réduite. 

Cette stagnation entraîne la libération de substances chimiques et provoque une inflammation locale des veines. Quand cela devient trop important, les individus peuvent ressentir des douleurs importantes.

Si cela n’est pas pris en compte suffisamment tôt il peut y avoir des complications comme l’ulcère variqueux, la thrombose, la phlébite et pouvant même aller jusqu’à l’embolie pulmonaire.

Pour limiter ces effets, vous pouvez utiliser un repose-pied en position assise, surélever vos jambes d’une petite dizaine de centimètres quand vous allez vous coucher, ou encore marcher pendant vos appels téléphoniques par exemple.
Ces astuces vont créer un phénomène de pompe musculaire et augmenter la puissance des muscles et ainsi favoriser le retour veineux.

Douleurs lombaires et perte de masse musculaire

Les douleurs lombaires touchent toutes les tranches de la population.

Elles peuvent s’aggraver en fonction de certains mouvements ou en l’absence de mouvement (en cas de sédentarité par exemple).
Et oui, la position assise prolongée est un facteur déclencheur et aggravant des douleurs lombaires. Notamment à cause d’une position de travail peu ergonomique. C’est pourquoi il est conseillé de se lever régulièrement au cours de la journée.

Ces douleurs dorsales sont notamment dues à une perte de tonicité et de masse musculaire, appelée sarcopénie. Nous y sommes tous confrontés, car elle est en partie liée au vieillissement du corps. Mais la sédentarité peut accélérer ce phénomène, car elle entraîne une fonte progressive des muscles. Ils sont moins sollicités et perdent en vigueur.

Cela peut entraîner une difficulté à effectuer certaines tâches du quotidien, certaines activités physiques et à terme augmenter le risque de chute et de déséquilibre. Cela peut avoir un réel impact sur le quotidien des individus qui en souffre.

Les individus entrent dans un cercle vicieux :

Sédentarité → Douleurs, pertes de muscles → difficultés à bouger et à être actif → augmentation douleurs, etc.

Augmentation du risque d’apparition des troubles digestifs

La sédentarité impact notre système digestif.

En effet, vous pourriez souffrir de gonflements, ballonnements et constipation, entre autres.

Le simple fait de s’activer au cours de votre journée peut relancer votre système digestif. 
Le mouvement provoque :

  • La contraction des muscles de l’intestin et favorise l’assimilation des nutriments
  • Une meilleure circulation sanguine dans le système digestif.

Cela permet de le maintenir actif et de faciliter la digestion. Aussi, cela va permettre de réduire la constipation et protéger la muqueuse gastro-intestinale.

Impact sur la santé mentale des individus

Être assis plus de 8 h par jour peut :

  • Diminuer la motivation
  • Contribuer à la fatigue
  • Rendre difficile de tempérer le stress et l’anxiété
  • Augmenter les symptômes de la dépression.

Et cela rend encore plus difficile le fait de faire de l’activité physique. Comme pour la perte de masse musculaire, l’individu entre dans un cercle vicieux.

Il y aurait un lien entre la faible estime de soi et l’utilisation de l’écran. En effet, lorsqu’un individu utilise son téléphone, notamment, il flâne sur les réseaux sociaux et souvent il peut se comparer à ce qu’il voit : des vies parfaites.

En effet, sur les réseaux sociaux chacun ne montre que ce qu’il souhaite et cela peut faire baisser l’estime de soi des autres.
On le remarque surtout chez les adolescents. Lorsqu’ils utilisent leur portable 2 à 3 h par jour, leur santé mentale est plus faible.

Cela peut aussi être dû aux autres conséquences induites par la sédentarité, notamment par l’obésité.
En effet, cela entraîne une baisse de l’estime de soi à cause du regard des autres souvent altéré par les diktats de la mode et des industries de l’image. 

Ces augmentations du risque de maladies graves sont bien sûr plus élevées lorsque la personne ne pratique pas d’activité physique ou sportive régulière.

En réduisant la sédentarité, on peut augmenter l’espérance de vie jusqu’à 6,8 %.

La sédentarité a donc un réel impact sur les dimensions du bien-être de l’individu.
C’est pourquoi Moha-app vous propose au travers de ses contenus, mais aussi de programmes spécialisés des bonnes pratiques à mettre en place quotidiennement pour réduire la sédentarité. Elles vous permettront de les installer progressivement et de les tenir dans la durée.

Testez l’application gratuitement pendant 15 jours et laissez la sédentarité derrière vous !
Vous pouvez la télécharger sur l’App Store ou Play Store.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse varius enim in eros elementum tristique. Duis cursus, mi quis viverra ornare, eros dolor interdum nulla, ut commodo diam libero vitae erat. Aenean faucibus nibh et justo cursus id rutrum lorem imperdiet. Nunc ut sem vitae risus tristique posuere.

Quentin Ryckewaert
Quentin Ryckewaert

Quentin est l'un des deux co-fondateurs de Moha. C'est le référent des projets innovants en matière de prévention santé.

En savoir plus sur l'auteur